En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
489-triticale-photo1

Variétés de triticale : le progrès génétique soutient le développement de la culture

01 juin 2021
Une seule nouvelle variété de triticale a été inscrite en 2021. Toutefois, les variétés récentes présentent des potentiels intéressants, en particulier face à la rouille jaune et à l’oïdium dont les contournements de résistance se sont traduits par un renouvellement variétal important. Les évolutions des caractères génétiques, ainsi que la diversification et l’allongement des rotations, favorisent le triticale dont les surfaces sont en augmentation, chez les producteurs comme chez les multiplicateurs.

Outre sa productivité en grain et en paille (+ 50 % en paille par rapport à un blé), le triticale possède des caractéristiques spécifiques à considérer lors du choix des variétés.

Le poids spécifique du triticale est inférieur de 4 à 5 points en moyenne à celui du blé, ce qui correspond aux écarts de réfaction pris en compte par les organismes stockeurs entre les deux espèces. Ce critère doit être pris en compte uniquement lorsque le triticale est commercialisé.

La teneur en protéines est généralement équivalente à celle du blé lorsque la fertilisation azotée n’est pas limitante. Les besoins en azote sont voisins de 2,6 kg N/q. Comme en blé, il est conseillé de fractionner et de limiter les apports précoces avant le stade « épi 1 cm ». Outre les gains de rendement et de teneur en protéines, le fractionnement des apports d’azote, en limitant les apports précoces, réduit les risques de verse et de présence d’oïdium.

Le triticale étant sensible à ces deux problématiques, outre le choix de variétés parmi les plus résistantes, il est impératif de le semer clair (ne pas dépasser 85 % des préconisations du blé tendre) sous peine de pénaliser le rendement. La gamme de précocité est large et le choix de la date de semis doit s’adapter à ces caractéristiques. À l’exception des variétés précoces, il est préférable de semer tôt.

La germination sur pied est un des points faibles du triticale du fait de son origine (croisement entre des espèces sensibles, blé dur et seigle). Comme pour toutes les espèces, il existe des différences entre les variétés. L’implantation de triticale est ainsi déconseillée dans les zones tardives avec risque d’humidité en fin de cycle.

Un grand nombre de maladies communes avec le blé

Choisir une variété c’est aussi choisir une stratégie de protection. Même si elles ne sont pas toujours totales, les résistances génétiques constituent des protections efficaces contre la plupart des maladies cryptogamiques présentes en France.

Les sensibilités des variétés à l’oïdium et à la rouille jaune doivent être prises en compte, étant donné la forte sensibilité de l’espèce à ces deux maladies. Peu présente en 2020, la rouille jaune reste une préoccupation sur triticale. Il devient parfois difficile de la maîtriser sur les variétés les plus sensibles (Rivolt, KWS Fido, Kaulos...). Ces variétés sont à surveiller avec attention pour intervenir dès que la pression devient significative (au stade « 1 nœud », traiter dès la présence des premières pustules dans la parcelle).

Face à l’oïdium, les variétés sensibles à surveiller sont : Bikini, KWS Fido, Ramdam, RGT Epiac, Tribeca, Vuka. Cette maladie provoque de fortes pertes de rendement surtout lorsqu’elle atteint l’épi (souvent observé sur Bikini).

La maîtrise de la rouille brune doit être suivie avec attention sur Bikini, Jokari, Kitesurf, RGT Omeac, RGT Ouessac et surtout Vuka. Le triticale étant peu concerné par le piétin-verse, la lutte contre cette maladie est inutile.

Le triticale développe également la rhynchosporiose (mêmes symptômes que sur l’orge). Toutefois, la détermination de la nuisibilité de la rhynchosporiose du triticale reste à préciser.

Enfin, la prise en compte de la lutte contre la fusariose se réalise de la même manière que sur le blé. Il sera préférable de ne pas implanter Kaulos, RGT Eleac, Brehat, RGT Bivouac, Vivier et surtout Kasyno, dans les situations à risque (précédent maïs grain, non labour). En cas de risque fusariose, la protection fongicide est impérative.

Comportement des variétés de référence

Bikini présente un potentiel au niveau de la moyenne sur cinq ans. Cette variété associe de bons critères qualitatifs : très bon PS et bonne aptitude à faire des protéines. Bikini est très précoce, elle ne doit donc pas être semée tôt. Cette variété montre une très bonne tolérance à la rouille jaune et à la rhynchosporiose. En revanche Bikini est très sensible à l’oïdium souvent présent sur épi et donc difficile à contrôler, ce qui peut provoquer de fortes pertes de rendement. Elle a un bon niveau de tolérance à la verse.

Le potentiel et les critères qualitatifs (PS, protéines) de Brehat se situent dans la moyenne sur trois ans. Elle est sensible au risque de mycotoxines (DON). Bréhat est une variété demi-précoce qui fait preuve d’une très bonne tolérance à l’ensemble des maladies.

Elicsir montre un potentiel en retrait à 96 % des témoins. Elle dispose de bons atouts qualitatifs (PS, protéines et bonne tolérance au risque de présence de mycotoxines). Cette variété demi-précoce à demi-tardive est moyennement sensible à la rouille jaune et à l’oïdium. Son niveau de résistance à la verse est bon.

Le potentiel de Jokari est en retrait (97 % des témoins). Cette variété très précoce possède des critères qualitatifs d’un bon niveau (PS et aptitude à faire des protéines). Jokari est moyennement sensible à la rouille jaune mais présente une très bonne tolérance à l’oïdium et à la rhynchosporiose.

Ramdam confirme un très bon potentiel sur trois ans à 103 % des témoins. Son PS est faible ainsi que sa teneur en protéines. Cette variété demi-précoce montre une bonne tolérance à la verse mais une sensibilité à l’oïdium. Sa sensibilité à la rouille jaune est à surveiller.

RGT Omeac a un potentiel régulier (au niveau de la moyenne sur quatre ans). Elle possède d’excellents critères qualitatifs (PS et teneur en protéines). Cette variété précoce fait preuve d’une bonne tolérance globale aux maladies, et à la rouille jaune en particulier ; en revanche, elle est assez sensible à la verse.

Rivolt affiche le meilleur potentiel du regroupement à 106 % des témoins. Son PS est assez faible. Elle présente une bonne tolérance au risque de mycotoxines (DON). Cette variété précoce montre une forte sensibilité aux maladies et à la rouille jaune en particulier. Rivolt a un très bon niveau de tolérance à la verse.

RGT Epiac
dispose d’un potentiel proche de la moyenne des témoins. Ses critères qualitatifs sont corrects. En revanche, RGT Epiac est assez sensible au risque de mycotoxines. Cette variété précoce montre une sensibilité à l’oïdium et à la rhynchosporiose. L’évolution de sa sensibilité à la rouille jaune doit être surveillée.

Le potentiel de RGT Suliac est bon à 102 % des témoins. Ses critères qualitatifs se situent dans la moyenne. RGT Suliac est sensible à la germination sur pied (note GEVES 2), mais elle présente une bonne tolérance au risque de mycotoxines. Cette variété demi-tardive à demi-précoce a une assez bonne tolérance globale aux maladies, mais sa sensibilité à la rouille jaune doit être surveillée. Son principal point faible reste sa forte sensibilité à la verse.

Performances des variétés récentes

Neuf variétés sont venues enrichir le catalogue en 2020. Pour ces nouveautés, nous ne disposons que d’une année d’expérimentation en post-inscription, qui complète deux années d’observations durant les épreuves d’inscription. Le potentiel et les caractéristiques de ces nouvelles variétés seront donc à confirmer.

Asellus montre un faible potentiel et se situe en dernière place du regroupement à 94 % des témoins. En revanche, elle possède un très bon PS (le meilleur du réseau). Cette variété précoce a une très bonne tolérance aux maladies, à l’exception d’une sensibilité à la rhynchosporiose.

Bilboquet
a un potentiel proche de la moyenne à 99 % des témoins. Elle dispose d’une assez faible aptitude à faire des protéines. Cette variété demi-tardive à demi-précoce présente le meilleur profil agronomique du réseau avec un très bon niveau de tolérance aux maladies (à l’exception d’une sensibilité à la rhynchosporiose) et une très bonne tolérance à la verse.

Kitesurf affiche un potentiel en retrait à 97 % des témoins. Son PS est d’un bon niveau. Cette variété demi-précoce montre une bonne tolérance à l’oïdium et à la rouille jaune. Elle présente une forte sensibilité à la rouille brune et surtout une forte sensibilité à la rhynchosporiose. Kitesurf est sensible à la verse.

Lumaco est la meilleure inscription 2020 à 111 % des témoins. Elle est légèrement supérieure à la moyenne dans le réseau post-inscription avec un potentiel de 101 % des témoins. Lumaco possède de bons critères qualitatifs qui associent une très bonne aptitude à faire des protéines à un très bon PS. Cette variété demi-précoce montre une très bonne tolérance aux maladies, à l’exception d’une sensibilité à la rhynchosporiose. Lumaco est sensible à la verse.

RGT Molinac a un bon potentiel (102 % des témoins). Son aptitude à faire des protéines se trouve dans la moyenne, mais elle a un faible PS. Cette variété demi-précoce possède une très bonne tolérance aux maladies et un bon niveau de tolérance à la verse.

RGT Ouessac présente un potentiel dans la moyenne. Son aptitude à faire des protéines et son PS sont également dans la moyenne. Cette variété demi-précoce dispose d’un bon niveau de tolérance aux maladies et à la verse.

RGT Rutenac a un potentiel en retrait à 98 % des témoins. Ses critères qualitatifs (PS, aptitude à faire des protéines) sont d’un bon niveau. Cette variété demi-tardive à demi-précoce montre une très bonne tolérance globale aux maladies (la meilleure du réseau).

Le potentiel de Ruche est bon à 102 % des témoins. Cette variété présente une faible aptitude à faire des protéines mais elle a un bon PS. Cette variété demi-précoce affiche un très bon niveau de tolérance à l’ensemble des maladies. En revanche, Ruche est sensible à la verse.

Trias
présente un potentiel proche de la moyenne à 99 % des témoins. Ses critères qualitatifs (PS, protéines) sont dans la moyenne. Cette variété demi-précoce est moyennement sensible à l’oïdium, mais elle a un très bon niveau de tolérance à la rouille jaune. Son très bon niveau de tolérance à la verse est le meilleur du réseau.

Une seule nouvelle variété inscrite en 2021Demi-précoce à épiaison, RGT Gwendalac est la seule variété de sa promotion à avoir passé avec succès les épreuves d’inscription. À 103 % de la moyenne générale, son potentiel est assez bon (figure 3). Très résistante à l’oïdium, et malgré quelques symptômes de rouille jaune qu’il faudra surveiller, ses pertes de rendement sont restées contenues en l’absence de protection fongicide en 2019 et 2020 (figure 4). Sa tenue de tige est assez bonne. Ses poids spécifiques (PS) et ses teneurs en protéines sont assez élevés compte tenu de sa productivité. Ces caractéristiques seront à confirmer dans les essais de post-inscription.

En savoir plusLe catalogue 2021 complet des variétés de triticale évaluées dans les réseaux CTPS/GEVES et Arvalis est disponible sur http://arvalis.info/249. Vous y trouverez pour chaque variété les notes de précocité, de sensibilité à la germination du pied, de résistance au froid, à la verse et aux maladies, ainsi que les notes de qualité technologique.

Exclusivité web

Pour aller plus loin

×

Contenu réservé aux abonnés

Je me connecte :

Mot de passe oublié ?

Je m'abonne

A partir de 6,58 € /mois

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • SERVICE ABONNEMENT
    • Perspectives Agricoles :
      ZA la Tellerie
      CS 20016
      61438 FLERS CEDEX
      Tél : + 33 (0)2 31 59 25 00
      Fax : + 33 (0)2 31 69 44 35