En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Bateau de céréales

Campagne 2020/21 : l’Australie fait son grand retour parmi les principaux exportateurs de blé tendre

07 décembre 2020
Alors que l’Australie est en pleine moisson, les bonnes prévisions de production de blé tendre se confirment. De quoi soulager les agriculteurs australiens qui n’avaient pas sorti les batteuses depuis 2 ans. Le pays des kangourous devrait retrouver la 4e place au palmarès des exportateurs mondiaux de blé tendre, derrière la Russie, les Etats-Unis et le Canada.

Une production de blé tendre tant attendue

Après deux années de sécheresse sur la quasi-totalité du pays, les pluies survenues à la fin du printemps, notamment dans les régions productrices de blé, confirment les prévisions des experts établies à 29 Mt. Ce serait la troisième meilleure année depuis 10 ans (après 31,8 Mt en 2016/17 et 29,9 en 2011/12).

En plus des bons rendements attendus, les conditions climatiques favorables, en début de saison, en Nouvelle-Galles du sud, dans le Queensland, à Victoria et dans certaines parties de l’Australie du Sud, ont permis d’emblaver des surfaces plus importantes en blés d’hiver (+29 %) par rapport à 2019.

Tableau 1 : Bilan du blé tendre en Australie

(source : International Grains Council)

L’Australie retrouve des niveaux de demandes « familiers »

Les exportations de blé australien sont attendues autour de 18,5-19 Mt, soit 85 % de plus qu’en 2019/20 (10,1 Mt). Cette forte augmentation résulte de la production importante attendue, mais également d’une moindre utilisation intérieure.

En effet, 7,5 MT de blé (dont 4 Mt destinées à l’alimentation animale) sont attendues en utilisation intérieure. Des chiffres proches des années antérieures à la période de sécheresse qui couvre 2018/19 et 2019/20. Ces deux dernières années, la demande en alimentation animale était plus importante car les surfaces non consacrées aux céréales d’hiver avaient été privilégiées pour l’expansion des pâtures, et donc de l’élevage intensif.

Dans l’ouest et le sud australien, la production de blé est axée principalement vers l’export (85 % de la production locale est exportée selon l’USDA) car la majorité des ports d’exportations se trouvent dans ces deux régions. De plus, la part de la production bovine n'y représente que 10 %, ce qui limite la consommation intérieure en alimentation animale.

En revanche, la Nouvelle-Galles du Sud et le Queensland sont, eux, beaucoup plus axés sur la demande du pays car ce sont des régions qui possèdent la majorité des parcs d’engraissement et une partie du secteur de la minoterie.

Du blé australien concentré en Asie

L’Australie exporte en grande majorité son blé en Asie avec plus de 11 Mt par campagne (moyenne 2015/20), plus particulièrement en Asie du Sud (figure 1).

La deuxième zone la plus importante est le Proche et Moyen-Orient (en moyenne 1,8 Mt entre 2015 et 2020).

Pour la campagne 2020/21, les experts prévoient l’Indonésie comme première destination, représentant 19 % des exportations du blé australien, suivie de la Chine et des Philippines (figure 2).

De plus, en juillet 2020, un accord de partenariat économique a été signé entre l’Indonésie et l’Australie autorisant Djakarta à délivrer automatiquement des permis d’importation de 500 kt de céréales fourragères en provenance de l’Australie. Cet accord renforce les échanges entre les deux pays.

Une attention particulière est à porter sur la Chine : l’Australie s’est vue récemment interdire les exports d’orge vers l’empire du milieu. Alors que dans ses prévisions, l’Australie avait prévu d’exporter 2,5 Mt de blé tendre vers le géant asiatique, ce dernier était de plus en plus réfractaire aux imports provenant de l’île-continent. Cependant, l’accord de libre-échange, le RCEP*, signé le 15 novembre dernier entre 13 pays d’Asie, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, pourrait apaiser les tensions diplomatiques entre Pékin et Canberra. Le texte prévoit de diminuer les tarifs douaniers (à hauteur de 90 %), et l’accord a pour but, entre autres, d’augmenter les flux économiques entre les pays signataires.

Figure 1 : Principales destinations du blé australien à l'export - moyenne 2015/20

(source : Stratégie Grains)

Figure 2 : Principales destinations du blé australien - prévision 2020/21

(source : Stratégie Grains)

* RCEP : Regional Comprehensive Economic Partnership

×

Contenu réservé aux abonnés

Je me connecte :

Mot de passe oublié ?

Je m'abonne

A partir de 6,58 € /mois

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • SERVICE ABONNEMENT
    • Perspectives Agricoles :
      ZA la Tellerie
      CS 20016
      61438 FLERS CEDEX
      Tél : + 33 (0)2 31 59 25 00
      Fax : + 33 (0)2 31 69 44 35