En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus
Préparation du lit de semences en même temps que le semis de maïs en Normandie

Semis de maïs : la préparation du sol, une étape essentielle

08 mars 2021
Avec le retour de conditions plus clémentes, en l’absence de précipitations, voici quelques recommandations pour l’implantation du maïs

Cette phase conditionne souvent de manière décisive le niveau de rendement. En fonction de l’état structural du sol, de la densité de graines à l’hectare, de la profondeur et de la régularité du semis, le potentiel de la culture est en place quand le semoir quitte la parcelle.

Gare aux sols creux ou tassés

Le maïs redoute les sols creux : il préfère un profil homogène, même un peu trop rappuyé qu’une succession de densités différentes. De même, les semelles de labour, qui empêchent le passage des racines principales vers les horizons profonds, limitent l’accès à la réserve en eau du sol.

Quels que soient l’itinéraire et les outils utilisés, il faut veiller à ce qu’il n’y ait pas d’obstacles structuraux dans les 25 premiers centimètres du sol. Un travail profond doit être réalisé si besoin. Au minimum, il est nécessaire de reprendre les passages de roues réalisés lors des épandages d’effluents, ainsi que les lissages laissés par les outils de destruction des couverts lors d’interventions sur des sols juste ressuyés.

Pour atteindre cet objectif, et quels que soient l’outil ou la phase de travail, labour ou reprise, mieux vaut intervenir sur un sol ressuyé. La préparation du lit de semences, précoce pour les sols lourds, au dernier moment pour les sols battants, devra être accomplie avec le moins de passages possibles.

Favoriser une levée rapide et homogène

La préparation du sol a pour objectif de créer une structure favorable à une levée rapide et à un bon enracinement du maïs. Les passages d’outils visent à obtenir une terre ameublie en profondeur et rappuyée, et un profil de sol homogène. Il faut veiller à créer suffisamment de terre fine dans le lit de semences pour favoriser le contact entre la graine et le sol, en laissant des mottes en surface, notamment dans les sols battants.

Attention aux préparations trop creuses et soufflées, notamment en conditions sèches. Un défaut de rappuyage limite les contacts sol-graine et racines-sol, ce qui compromet l’humidification de la graine et le bon enracinement de la jeune plantule. Or, un bon enracinement est indispensable pour assurer une alimentation hydrique et minérale du maïs satisfaisante.

Les discontinuités du sol sont également préjudiciables car elles pénalisent le bon développement racinaire de la plante. Il convient d’être particulièrement vigilant sur la transition entre le lit de semences et l’horizon travaillé : elle doit être progressive, car, au sevrage (stade 4-5 feuilles), les jeunes racines se développeront dans cette zone.

Figure 1 : Lit de semences recherché pour le maïs

Bien positionner la graine

Le semis doit être suffisamment profond pour échapper au gel et au dessèchement superficiel du sol ; mais pas trop non plus afin de limiter l’épuisement des réserves de la graine par l’élongation du coléoptile, réduire la durée de l’émergence et aussi, échapper aux parasites animaux et végétaux du sol.

Selon le type de sol et la date de semis, la graine doit être placée entre 3,5 et 5 cm de profondeur. Un enterrage régulier permet d’obtenir une levée synchrone. La régularité de profondeur est plus importante que la régularité d’espacement sur le rang.

Pour assurer une profondeur et une répartition régulière des graines, il convient de semer à une vitesse modérée, adaptée au type de semoir (de 6-7 km/h jusqu’à 10-12 km/h pour les appareils lourds). A des vitesses plus élevées, une réduction de la précision du semis s’observe : diminution de la densité et de la profondeur de semis, et irrégularité des intervalles entre les graines.

Par ailleurs, le semoir doit être en parfait état de fonctionnement : pneus gonflés, socs en parfait état, aspiration sans faille...


Photo 1 : des préparations de sol trop creuses ou une profondeur de semis irrégulière entraînent des levées décalées préjudiciables à la réussite de la culture.

×

Contenu réservé aux abonnés

Je me connecte :

Mot de passe oublié ?

Je m'abonne

A partir de 6,58 € /mois

Réagissez !

Merci de vous identifier pour commenter cet article

aucun commentaire pour l'instant

  • SERVICE ABONNEMENT
    • Perspectives Agricoles :
      ZA la Tellerie
      CS 20016
      61438 FLERS CEDEX
      Tél : + 33 (0)2 31 59 25 00
      Fax : + 33 (0)2 31 69 44 35