Un mycovirus pour bloquer la production de DON

Une souche particulière d’un virus colonisant naturellement Fusarium graminearum pourrait permettre de se passer de coûteux traitements fongicides contre la fusariose des céréales à paille.

On a identifié une autre voie que les fongicides et la prophylaxie pour éviter la contamination des céréales par la fusariose ; mal maîtrisée, cette maladie entraine en effet la production dans le grain de déoxynivalénol (DON), une mycotoxine retrouvée ensuite dans l’alimentation animale et humaine.

Il existe dans la nature un virus qui infecte Fusarium graminearum afin de se multiplier. En étudiant son génome, des chercheurs américains ont découvert une souche particulière de ce mycovirus qui bloque naturellement la machinerie cellulaire synthétisant le DON chez F. graminearum ! En laboratoire et dans des essais sous serre, les blés infectés par F. graminearum lui-même infecté par ce mycovirus ont eu une croissance ralentie par rapport à des blés non fusariés ; en revanche, ils n’ont produit aucun DON quand les blés fusariés en produisaient 18 ppm. L’exploitation de cette toute récente découverte débute tout juste. Mais la souche SD4 de ce mycovirus pourrait bien devenir rapidement un agent de biocontrôle de la fusariose des céréales à paille et, par suite, un moyen non chimique de gérer le risque DON.

  • SERVICE ABONNEMENT
    • Perspectives Agricoles :
      ZA la Tellerie
      CS 20016
      61438 FLERS CEDEX
      Tél : + 33 (0)2 31 59 25 00
      Fax : + 33 (0)2 31 69 44 35