Le miscanthus s’implante progressivement

Graminée pérenne proche du maïs dépassant le mètre de haut, le miscanthus est invasif à l’état sauvage ; mais la variété autorisée en France, Miscanthus x giganteus, est à la fois stérile et non traçante. Elle perdure 15 à 20 ans et résiste bien à la sécheresse. L'implantation se fait en avril-mai à 20-30 cm de profondeur, avec une densité de 1 pied/m² sur un sol propre. La plante croît d'avril à octobre, puis sèche sur pied jusqu'au mois d'avril suivant où elle est récoltée à moins de 20 % d'humidité par une fauche basse. Piège à nitrate, la culture ne nécessite ni engrais, ni pesticide ; elle convient donc à la couverture des zones non traitées et des aires de captage. Le miscanthus n'est généralement pas valorisé la première année, faute de biomasse suffisante. Il est surtout exploité en litière (usage en croissance car plus valorisant), paillage horticole ou chauffage (le moins valorisant), parfois en complément de fourrage. Des usages comme matériau biosourcé sont aussi à l’étude, pour la cimenterie par exemple. Ses multiples débouchés et intérêts agroécologiques expliquent sans doute la progression des surfaces, de quelques 13 % par an depuis six ans. Cette année, la superficie devrait approcher les 10 000 ha.
Plus d’informations sur https://france-miscanthus.org.

  • SERVICE ABONNEMENT
    • Perspectives Agricoles :
      ZA la Tellerie
      CS 20016
      61438 FLERS CEDEX
      Tél : + 33 (0)2 31 59 25 00
      Fax : + 33 (0)2 31 69 44 35