En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus

Le biocontrôle regroupe l’ensemble des méthodes qui protègent les cultures via des mécanismes naturels. Il existe quatre familles de produits de biocontrôle :

• Les macro-organismes : des invertébrés généralement, insectes, acariens ou nématodes qui attaquent des nuisibles (ex. : coccinelles contre les pucerons).

• Les micro-organismes : des champignons, bactéries et virus utilisés comme bouclier entre les cultures et les bioagresseurs.

• Les médiateurs chimiques : les phéromones d’insectes et les kairomones. Ils contribuent au contrôle des populations d’insectes ravageurs par le piégeage ou les confusions sexuelles ou alimentaires (émission d’odeurs perturbant l’insecte qui ne retrouve plus la plante cible).

• Les substances naturelles : présentes dans le milieu naturel, elles peuvent être d’origine végétale, animale ou minérale.

Arvalis mène des expérimentations sur toutes ces familles de produits pour en connaître les performances et identifier les conditions d’application optimales. L’institut est également actif dans plusieurs instances qui détectent les innovations avant leur mise en marché (Consortium Public-Privé biocontrôle), échangent sur la méthodologie des études et la compréhension des mécanismes en jeux (RMT Elicitra) ou font évoluer l’encadrement de ces produits (groupe biocontrôle de la DGAL au ministère de l’Agriculture). En cinq ans, Arvalis a testé 50 produits issus de 24 laboratoires ou entreprises pour lutter contre la septoriose du blé tendre. Deux pistes ont été identifiées et l’une a fait l’objet d’une extension d’homologation en 2018. Il s’agit du soufre dont l’utilisation sur céréales a été multipliée par deux en 2019 pour atteindre 300 000 ha en France.

Plus d’informations sur www.action-arvalis.fr